"Sympathie" des applaudissements.

    mercredi 5 septembre 2012, par Jimv  

      Version imprimable de cet article Version imprimable

      -* -* Avez-vous remarqué que lorsqu’on applaudit en groupe, partant d’un joyeux brouhaha on finit par être "en coeur", en sympathie ?

      Comme là :

      C’est toujours comme ça ! Ceci ouvre des perspectives infinies.

      Mise en phase ?

      C’est bien de cela qu’il s’agit . Il suffit de laisser faire, il y aura toujours un "equalizer".

      Voyons voir comment des métronomes déphasés finissent par jouer à l’unisson.
      Expérience simple à réaliser et riche de questionnements .

      C’est un peu comme nos applaudissements, non ?
      Et pourtant dans les salles de concert les canettes ne sont pas reines pas plus que les planchettes de balsa .

      Ben voilà une grande question, pourquoi ça marche , quel est le mécanisme ?

      Les horloges de Huygens

      Ce phénomène fut décrit pour la première fois dans :

      Lettre de Christiaan Huygens adressée à son père Constantin datée du 26 février 1665 :

      JPEG - 26 ko

      "Ayant été obligé de garder la chambre pendant quelques jours, et même occupé à faire des observations sur mes deux horloges de la nouvelle fabrique, j’en ai remarqué un effet admirable, et auquel personne n’aurait jamais pu penser.
      C’est que ces deux horloges étant suspendues l’une à côté de l’autre, à la distance d’un ou deux pieds, gardent entre elles une justesse si exacte, que les deux pendules battent toujours ensemble, sans jamais varier.
      Ce qu’ayant fort admiré quelque temps ; j’ai enfin trouvé que cela arrivait par une espèce de sympathie : en sorte que faisant battre les Pendules par des coups entremêlés,
      j’ai trouvé que dans une demi-heure de temps, elles se remettaient toujours à la consonance, et la gardaient par après constamment, aussi longtemps que je les laissais aller .
      (Huygens, 1893 : p. 244)."

      Un phénomène complexe

      Remarquons que : « Ce phénomène consiste en ce que la fréquence de l’oscillation « libre » du système est « entraînée » par la fréquence extérieure ; tout se passe comme si le système avait perdu son individualité et obéit maintenant à la force extérieure ; ..."

      Ce n’est que vers 1926 que grâce à des équations non linéaire on réussit à décrire ce phénomène se syntonisation (tiens comme pour nos téléviseurs ).

      "Les autooscillateurs constituent de véritables organisations actives, maintenant leur dynamique rythmique par exploitation et réorganisation énergétiques incessantes de leur environnement immédiat. De tels systèmes tendent toujours vers des rapports dynamiques à rendement énergétique

      JPEG - 29.1 ko

      maximal, optimisant la captation de l’énergie de l’environnement et minimisant les pertes énergétiques. De tels systèmes sont également très robustes et « capables de résister à un grand nombre de désordres » (Morin, 1977 : 54) : advenant une perturbation du système, celui ci tend à retrouver son équilibre dynamique. En somme,pour de tels systèmes, « tous les chemins mènent à Rome » : peu importe les conditions initiales et les perturbations éventuelles, les différentes trajectoires de fonctionnement du système convergent toutes vers un même patron dynamique énergétiquement balancé ou équilibré, à la manière d’une horloge à pendule. "

      Systèmes oscillatoires

      Tout vient de là, d’un rythme , ou plutôt de plusieurs rythmes tendant à se rejoindre inéluctablement . Continuons notre chemin.

      Pour nous terriens il y a deux rythmes fondamentaux :

        • le rythme diurne : la succession programmée des jours et des nuits.
        • le rythme annuel : la succession des saisons.

      Ceci bien avant que la vie n’apparaisse.

      « Avant que la vie n’apparaisse sur la terre il y a entre deux et quatre milliards d’années ,

      JPEG - 38.5 ko

      l’alternance du jour et de la nuit due à la rotation de notre minuscule planète autour du soleil, fut l’un des nombreux cycles constitutifs de l’environnement dans lequella vie se développa. Les flux et reflux des marées, l’alternance des saisons en fonction de l’orbite que décrit la terre autour du soleil (...) constituèrent autant de changements de rythmes de l’environnement auxquels les premières formes de vie s’adaptèrent, et qu’elles finirent aussi par intérioriser. En fonction de ces données, aucune forme de vie n’évolua ou ne put évoluer dans un monde atemporel et sans rythmes. Au contraire, ces rythmes d’alternance du jour et de la nuit, de la chaleur et du froid, de l’humidité et de la sécheresse marquèrent les premières formes de vie de propriétés primordiales qui constituèrent la base de développement des formesde vie ultérieures » (Hall,1984 : 28)

      "La matière vivante devient ainsi au fil des générations et des sophistications spécifiques héréditairement transmises une gigantesque machinerie oscillatoire dont les rouages organiques« sympathisent » à la manière des horloges de Huygens. "

      Quelques exemples

      JPEG - 75.8 ko
        • le vol d’une compagnie d’étourneaux.

      Les humains machines oscillatoires ?

      Sans doute aussi puisque nous héritons de toute l’évolution .

      JPEG - 28.4 ko

      Nous connaissons des rythmes ceux de notre coeur, de notre respiration, autant d’horloges.
      Aussi nos neurones qui héritiers de toute l’évolution aiment bien se mettre en phase pour en particulier créer la mémoire.

      D’ailleurs ne parlons-nous pas d’horloge biologique ?

      Et les comportements dans tout ça ?

      Si nous sommes bien un peu des machines oscillatoires, héritiers des lucioles et des étourneaux, il se pourrait que nos comportements sociaux tendent aussi à la syntonisation.

      Par la " nature fondamentalement oscillatoire du comportement, par exemple au niveau des patrons moteurs tels que la marche, la respiration, des mouvements posturaux imperceptibles, des battements du coeur et du mouvement des bras le long du corps en situation de marche (Ariaratnam et Strogatz, 2001) "

      Cela semble le cas pour les applaudissements, y a-t-il un chef ordonnateur ?

      Et le paranormal ?

      JPEG - 9.3 ko

      Toutes ces facultés humaines que nous craignons en les admirant, auxquelles nous ne croyons pas tout en les utilisant ? L’hypnose, la radiesthesie , la voyance ... Est-ce qu’on peut supposer que s’agissant d’ondes, un "médiateur" syntonisé serait capable de les décoder ?

      Plus généralement pourquoi avons nous ce que l’on appelle des "atomes crochus" ?


      ... C’est un débat que j’ai ouvert sans savoir !

      PDF - 272.1 ko
      texte fondateur

      On pourrait aussi parler de musique (l’octave, la tierce , la quinte, l’harmonie...
      Mais aussi de la danse à 3 temps (valse) à 4 temps (tango) à 2 temps (Rock) ... et pourquoi lorsqu’elles sont amoureuses les filles préfèrent le 4 temps ?
      et puis je suis tombé sur ce texte :

      Maintenant , les questions restent. Tout semblerait dire dans mon texte que nous sommes "déterminés", "assujettiis" ... Pour ma part je n’en crois rien.

      La syntonisation par hypothèse est flamboyante et donc sans doute fausse.
      elle dit en quelque sorte que quelques soient les conditions initiales le système va trouver un équilibre . Ben non si les fréquences ne sont pas proches. (Vous n’hypnotiserez jamais quelqu’un qui ne le veut pas).
      Elle s’appuie mathématiquement sur la théorie du chaos (l’effet papillon, cher à mon coeur). Raymond Poincaré dit vers 1910 qu’on ne peut y voir aucun déterminisme.

      JPEG - 41.8 ko

      ...

        qrcode:http://www.jeanmichelvideau.com/?Sympathie-des-applaudissements
        Flasher pour voir cette page ""Sympathie" des applaudissements." sur votre mobile (explications)

        © 2002 - 2017  jeanmichelvideau.com
        Site réalisé avec SPIP v 2.1.24
        hébergé par OUVATON hébergement coopératif
        Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site